Plan d’action 2018-2020

Le Plan d’action de la Politique internationale du Québec (PIQ) Le Québec dans le monde : s’investir, agir, prospérer incarne la volonté du gouvernement de travailler en concertation avec différents organismes et partenaires québécois pour agir de manière plus efficiente et cohérente et pour accroître les retombées de ses efforts.

Les clientèles québécoises visées par le Plan d’action de la PIQ sont :

  • les entrepreneurs
  • les jeunes
  • les artistes
  • les organismes de coopération internationale
  • les chercheurs
  • les établissements d’enseignement

Mesures du plan d’action : histoires à succès

Le plan d’action présente les 21 mesures qui contribuent aux orientations de la PIQ.

Depuis le lancement de la PIQ, le 11 avril 2017, plusieurs actions ont été entreprises par le gouvernement du Québec.

Découvrez quelques histoires à succès :

Établir le premier Centre de croissance accélérée : un service d’experts-conseils pour les entreprises

Un succès de la mesure 1

Depuis janvier 2017, 27 entreprises québécoises ont bénéficié des services du Centre de croissance accélérée (CCA), qui vise à obtenir une croissance de 10 à 20 % sur le marché américain.

Le CCA offre aux entreprises un accompagnement de type « coaching » par des experts-conseils américains ciblés. Sous certaines conditions, de l’aide financière provenant du Programme Exportation est aussi accessible aux entreprises québécoises pour la réalisation de leur projet.

La création du CCA s’inscrit dans le cadre du volet « Cap sur les États-Unis » de la Stratégie québécoise de l’exportation 2016-2020 et résulte de la collaboration entre le ministère de l’Économie, de la Science et de l’Innovation et le ministère des Relations internationales et de la Francophonie.

 

Ouvrir le monde aux jeunes avec Les Offices jeunesse internationaux du Québec (LOJIQ)

Un succès de la mesure 4

LOJIQ accompagne et soutient annuellement près de 5 000 Québécois âgés de 18 à 35 ans engagés dans une démarche de développement personnel et professionnel à travers une expérience de mobilité à l’international, au Québec et dans les provinces canadiennes. À titre d’exemple, Hugues Marceau a conçu une voiture de course électrique et participé en 2012, avec le soutien de LOJIQ, à une compétition étudiante en Allemagne. Il cofonde ensuite l’entreprise Autonom inc. et développe des solutions pour prévenir les pannes de courant. En 2016, avec le soutien de LOJIQ, il participe à une mission commerciale en Inde, fruit de la collaboration entre Export Québec et le Bureau du Québec à Mumbai. En 2017, le jeune entrepreneur, toujours soutenu par LOJIQ, se rend en Inde dans le cadre d’un programme de formation et de soutien au développement des affaires internationales et signe, en 2018, un contrat avec un grand fournisseur Internet indien.

 

Promouvoir la Stratégie maritime au Congrès international des biotechnologies marines au Québec

Un succès de la mesure 11

La tenue du BioMarine Business Convention à Rimouski en 2017 a été l’occasion pour le gouvernement du Québec de présenter sa vision pour le développement d’une filière québécoise intégrée et innovante couvrant l’ensemble du Québec – une vision tournée vers le marché international, dans le respect d’une gestion durable des écosystèmes et des ressources marines. Le ministre délégué aux Affaires maritimes y a effectué plusieurs rencontres bilatérales et présidé un atelier de haut niveau portant sur la nécessité des collaborations gouvernementales internationales dans le domaine des biotechnologies marines, en présence du premier ministre du Québec.

Le Québec accueillait pour la première fois ce congrès qui a réuni environ 250 représentants de l’industrie, d’établissements universitaires et d’institutions financières de différents pays concernés par le domaine ainsi que des dirigeants politiques.

 

Organiser un colloque international portant sur la sécurité alimentaire et la nutrition à l’heure des changements climatiques

Un succès de la mesure 15

Ce colloque, fruit d’une collaboration entre le gouvernement du Québec et l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), visait à mettre en évidence l’importance des systèmes agricoles et alimentaires dans la lutte contre les changements climatiques et à présenter des solutions concrètes et multisectorielles pour faire face à cet enjeu mondial. Il aura notamment contribué à la création d’une communauté de pratique au Sénégal composée de six organismes de coopération québécois et du Bureau de la FAO à Dakar. Ce fut aussi l’occasion de procéder à la signature d’un partenariat technique et financier établi avec la FAO dans le domaine des changements climatiques qui visera le renforcement des capacités d’adaptation pour la sécurité alimentaire et la nutrition au Sénégal et en Haïti.

 

Pour en apprendre davantage sur le soutien gouvernemental au développement du Québec à l’international, consultez l’ensemble des mesures contenues dans le Plan d’action 2018-2020.

Dernière mise à jour : 2018-08-29 15:47:10