Communauté française de Belgique

La Communauté française de Belgique (CFB) est un partenaire politique majeur pour le Québec. L’importance de ce partenaire est liée non seulement à ses compétences, qui touchent principalement la culture, l’éducation et la santé et à sa capacité à agir sur la scène internationale ainsi qu’à signer des ententes internationales, mais également à son statut d’entité fédérée francophone, membre comme le Québec de l’Organisation internationale de la Francophonie, et au fait qu’elle constitue le deuxième bassin francophone en importance en Europe.

La CFB, tout comme la Région de Wallonie et la Commission communautaire française de Bruxelles, est représentée au Québec par la Délégation générale Wallonie-Bruxelles, établie à Québec depuis 1982.

Secteurs de collaboration

Le Québec a un accord-cadre avec les trois partenaires francophones en Belgique (Communauté française de Belgique, Région wallonne et Commission communautaire française de Bruxelles), qui a créé la Commission mixte permanente de coopération Québec/Wallonie-Bruxelles. Celle-ci permet la réalisation d’environ 60 projets annuellement, et ce, dans des secteurs variés.

Culture

Il y a beaucoup d’affinités naturelles entre les artistes du Québec et ceux de Wallonie-Bruxelles ainsi qu’un capital de sympathie important de la part des programmateurs et du grand public pour la création québécoise. Les tournées européennes de musiciens québécois passent souvent par la Wallonie et Bruxelles, les films québécois sont programmés dans les festivals et les salles de cinéma, les compagnies de cirque du Québec y donnent de nombreuses représentations, et la Foire du Livre de Bruxelles est devenue un des événements où le Québec fait le plus de ventes de livres au monde.

La Délégation générale du Québec à Bruxelles encourage et finance des missions d’acheteurs qui, souvent, ont des retombées concrètes positives pour les compagnies (achats de spectacles par les diffuseurs), et soutient les partenaires qui programment des compagnies québécoises pour assurer une excellente promotion et une bonne visibilité.

Depuis de nombreuses années, les gouvernements des deux parties encouragent les échanges entre artistes et organismes culturels de part et d’autre de l’Atlantique en investissant dans des projets de coopération tels que des coproductions de même que des résidences dans le secteur de la littérature, de la BD et des arts visuels.

Éducation et enseignement supérieur

L’Entente entre le gouvernement du Québec et le gouvernement de la Communauté française de Belgique en matière de mobilité étudiante au niveau universitaire permet aux étudiants belges francophones de profiter des droits d’inscription exigés aux étudiants canadiens hors Québec pour le 1er cycle et de ceux demandés aux Québécois pour les 2e et 3e cycles dans les universités québécoises. De nombreuses ententes autres lient des universités du Québec et de la Belgique francophone, lesquelles concernent tant la mobilité étudiante que professorale ou même la codiplomation. Une de celles-ci, le G3 de la Francophonie, regroupe l’Université de Montréal, l’Université libre de Bruxelles et l’Université de Genève.

Grands Rendez-vous Québec/Wallonie-Bruxelles

Voulant porter la coopération à un autre niveau, les deux parties ont créé un nouvel espace visant à favoriser l’émergence de partenariats académiques, institutionnels, industriels, d’affaires, culturels et technologiques de même que le développement d’ententes et d’alliances stratégiques. C’est ainsi que sont nés les Grands rendez-vous Québec/Wallonie-Bruxelles (GRVQWB), dont la première édition eut lieu en novembre 2016 à Namur, en Wallonie, sur le thème de la créativité numérique. La deuxième édition a eu lieu à Montréal, en septembre 2017, à Montréal, avec comme thèmes l’industrie 4.0 et l’entrepreneuriat numérique, les villes intelligentes et la culture numérique. Les prochains GRVQWB auront lieu en Wallonie en 2020.

Jeunesse

Les Offices jeunesse internationaux du Québec et le Bureau international jeunesse gèrent conjointement un programme d’échange qui permet à plus de 600 jeunes québécois et belges francophones, chaque année, de faire une mission de part et d’autre pour y développer des liens et acquérir une expérience professionnelle.

Lutte contre la radicalisation

Des échanges se font régulièrement entre les centres voués à la lutte contre la radicalisation de Montréal et de Bruxelles, qui se sont visités à de nombreuses reprises depuis leur existence respective. Une déclaration en matière de lutte contre la radicalisation a été signée en novembre 2015. La Belgique était aussi très présente lors de la Conférence Québec-UNESCO Internet et la radicalisation des jeunes : prévenir, agir et vivre ensemble, qui a eu lieu en 2016, à Québec.

Dernière mise à jour : 2019-08-09 11:34:51