Logo du gouvernement du Québec.

Ministère des Relations
internationales et de la Francophonie

Nos actions
17 juin 2009

Diversité des expressions culturelles : le Québec se réjouit de la réélection du Canada au sein du Comité intergouvernemental

Photo : ©UNESCO/ Nina Levinthal

La 2e session de la Conférence des Parties à la Convention a pris fin le 16 juin dernier à Paris. Cette rencontre visait notamment à approuver les directives opérationnelles permettant la mise en œuvre de la Convention et à élire les nouveaux membres du Comité intergouvernemental pour la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles. Le Québec se réjouit d’ailleurs de la réélection du Canada, avec une importante majorité, pour un second mandat consécutif. Fort de l’Accord entre le gouvernement du Québec et le gouvernement du Canada relatif à l’UNESCO, le Québec pourra ainsi continuer à participer activement aux travaux et négociations entamés au sein de ce comité.

La Conférence des Parties a en outre adopté des projets de directives opérationnelles concernant près d’une dizaine d’articles de la Convention et a également demandé au Comité intergouvernemental de lui soumettre, pour approbation à sa prochaine session, les projets de directives opérationnelles relatives à trois autres articles de cette même convention.

Le représentant du Québec au sein de la Délégation permanente du Canada auprès de l’UNESCO, Michel Audet, a pris la parole afin de souligner la qualité des directives opérationnelles adoptées. Il a également indiqué que le Québec continuait à nourrir la réflexion sur la portée et les objectifs de la Convention, notamment au moyen du bulletin d’information hebdomadaire et du site Web sur la diversité des expressions culturelles qu’opère le ministère de la Culture, des Communications et de la Condition féminine. Le représentant du Québec a en outre mentionné qu’un nouvel essai du professeur Ivan Bernier, expert indépendant reconnu à l’échelle internationale, sera bientôt déposé sur ce site. Cet essai se penchera cette fois sur la portée et l’interprétation des articles 20 et 21 de la Convention, qui abordent la question des relations entre celle-ci et les autres instruments juridiques existants.

La Convention sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles a été adoptée à l’UNESCO le 20 octobre 2005 et est entrée en vigueur le 18 mars 2007. Près de 100 États l’ont ratifiée jusqu’à maintenant et les directives opérationnelles approuvées par la Conférence des Parties permettent à la Convention d’être effective seulement trois ans et demi après son adoption, ce qui constitue « un record dans l’histoire de l’UNESCO », selon le directeur général de cette organisation, Koïchiro Matsuura.

Le Québec a joué un rôle majeur dans le processus ayant mené à l’adoption de cette convention puisqu‘il a été le premier gouvernement à préconiser la création d’un instrument juridique international reconnaissant le droit des États et des gouvernements d’élaborer librement leurs politiques culturelles et de prendre les mesures qui y concourent. Le gouvernement du Québec a également été le premier à approuver la Convention à la suite de son adoption à l’UNESCO. Sa mise en œuvre constitue une priorité pour le gouvernement du Québec.

Diversité des expressions culturelles – Ministère de la Culture, des Communications et de la Condition féminine
Nos actions